mercredi 15 septembre 2010

185. Beatty : Reds

1001 films : Reds


Film américain réalisé en 1981 par Warren Beatty (1937)
Avec Warren Beatty, Diane Keaton, Jack Nicholson, Maureen Stapleton, Paul Sorvino, Jerzy Kosinski, Gene Hackman

Reds, c'est le Docteur Zhivago de la Gauche.
J'avais oublié que ce film est, avant tout, l'histoire d'une relation amoureuse; le titre, en ce sens, est assez abusif. Des "Rouges", il en est question, mais en  mode mineur. En fait, on assiste plutôt à l'histoire d'amour très tumultueuse entre John Reed (journaliste et militant communiste américain du début du 20ème siècle) et Louise Bryant (socialiste et féministe américaine).

La partie documentaire du film est présentée par une vingtaine de témoins de l'époque qui apparaissent à l'écran de temps à autre pour  dire en quelques lignes leurs souvenirs à propos  de Reed et Bryant. Mais, comme Beatty ne voulait pas détruire l'aspect Zhivago du film, il s'organise pour enlever l'aspect documentaire en n'identifiant pas les témoins à l'écran. On a l'impression que ce sont des acteurs qui récitent des textes soumis par le réalisateur, donc on nage un peu dans la confusion. En regardant les extras accompagnant ce film, on apprend que les témoins sont vraiment des gens qui ont connu les protagonistes du film. Beatty les a enregistrés au début des années 70; heureusement, parce que la plupart était décédé à la sortie du film en 1981.
Diane Keaton dans le rôle de sa vie. Jamais vu un Nicholson tiède comme dans ce rôle - il avait bouffé des benzo quoi!
Après cette séquence, vous n'oublierez plus jamais l'air de l'Internationale - un vrai "ver d'oreille"; que je déteste donc cette expression!

Le film soviétique Red Bells (1982) de Sergui Bondarchuk, avec Franco Nero dans le rôle de John Reed, est une autre adaptation de sa vie

Et comme dit Roger Ebert, le célèbre critique de cinéma américain : "at the end of the credits, a wonderful line that reads: Copyright copy MCMLXXXI Barclays Mercantile Industrial Finance Limited".  Je ne suis pas sûr que John Reed aurait apprécié.
Un tel film, glorifiant la Révolution russe, produit par un major d'Hollywood et sorti sous la présidence ultra-conservatrice de Ronald Reagan fut un sacré pied-de-nez aux Soviétiques enferrés dans la censure jusqu'au cou. J'aime bien.
Oscar 1981 : Meilleur réalisateur, Vittorio Storaro pour la meilleure image, Maureen Stapleton pour la meilleure actrice de soutien
Évaluation IMDB : 7,4 sur 10 par 8448 votants
Toutes les informations sur le film sur IMDB et sur Wikipedia
Visionné, la première fois, le 6 janvier 1983 au cinéma Parisien à Montréal
1983 :  grosse année. Acquisition d'un appartement à Outremont; à cause de la précarité de mon emploi, entreprise d'un baccalauréat en Psychologie à l'Université du Québec à Montréal; début d'une nouvelle relation amoureuse; plus grande activité sur le front cinéphilique profitant de la proximité de mon domicile du Cinéma Outremont.  Agenda chargé, quoi.
Mon 185ème visionné de la liste des 1001 films de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire