22 août 2022

273. Tornatore : Cinéma Paradiso

 1001 films de Schneider : Cinema Paradiso

Sur la liste des 1000 meilleurs films de They Shoot Pictures...
267ème rang



Film italien réalisé en 1988 par Giuseppe Tornatore
Avec Philippe Noiret (Alfredo) , Salvatore Cascio (Toto), Jacques Perrin (Toto adulte), Roberta Lena (Lia) Antonelle Attili, Enzo Cannavale, Isa Danieli.

Vingt-cinq victoires dont l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, sur 18 listes du site Icheckmovies. com, 53ème meilleur film de tous les temps sur le site IMDB. Et moi qui reste en rade.

Qu'est-ce qu'il a bien pu se passer dans la société de cette époque pour que tant de gens tombent en pamoison devant ce petit film construit autour de la nostalgie ? Moi aussi, j'avais bien aimé ce film-bonbon lors de sa sortie. Film thérapeutique ? Il venait peut-être panser de vieilles blessures de mon enfance. 

Sur le plan documentaire, ce film nous fait revivre la fin des cinémas de petites villes et de quartiers qui avaient atteint leur apogée, en Occident, dans les années 50 et qui allaient disparaitre dans les années 1980, mis à mort par le VHS qui avait déjà à son tableau de chasse, Beta.

Mais, revu plus de trente ans plus tard, le côté cucu-la-praline me saute en pleine face. Ce  n'est presque plus regardable cette avalanche de nostalgie bienveillante enveloppée de la musique sirupeuse de Morricone. 

Si vous visionnez la director's cut, vous allez voir une partie du scénario qui a été retranchée : la rencontre entre Toto adulte (Jacques Perrin) et Lia adulte (Brigitte Fossey, disparue du film au montage de la version courte) au moment où l'on démolit le Cinema Paradiso. Sortez vos mouchoirs pour pleurer.....de rire, tant le mélodrame atteint un sommet d'insignifiance. 

Pour un regard nostalgique sur l'Italie des années 50, courez voir Nous nous sommes tant aimés de d'Ettore Scola . C'eravamo tanto amati : un des plus beaux titres de films.

Dans le livre 1001 Movies You Must See Before You Die, on a le sacrilège de faire un parallèle avec les Les Quatre Cent Coups de Truffaut. Hola ! Retournez à vos écrans.

La séquence finale du montage de tous les baisers des films censurés par le curé de l'époque vaut le déplacement. J'ai reconnu 14 acteurs et actrices. 

Visionné, la première fois, le 24 septembre 1989, au cinéma Berri sur la rue St-Denis à Montréal.
Mon 273ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider.

06 août 2022

272. Cameron : Aliens

1001 films de Schneider : Aliens
Titre français : Aliens : Le Retour

Sur la liste des 1000 meilleurs films de They Shoot Pictures...
347ème rang


Film américain réalisé en 1986 par James Cameron.
Avec Sigourney Weaver (Ripley), Michel Biehn, Paul Reiser, Lance Henriksen (androïde Bishop), Carrie Henn (Newt, l'enfant), Bill Paxton, William Hope, Jenette Goldstein (Vasquez), Al Matthews, Mark Rolston, Ricco Ross, Colette Hiller.

Avait-on vraiment besoin d'une suite au magistral Alien de Ridley Scott (1979) ? Bien sûr que non à moins qu'on enferme le cinéma dans le créneau du divertissement à odeur de pop corn. 

N'aurait-on pas pu laisser la belle au bois dormant (Ripley, réveillée 57 ans plus tard) continuer son roupillon pour l'éternité ? Bien non, il fallait exploiter cette première œuvre jusqu'à l'écœurement. La bêtise finale étant le quatrième rejeton, Alien Resurrection (Jean-Pierre Jeunet, 1997).

Il y a peu d'exemples dans l'histoire du cinéma de réussites dans le développement de suites. Le plus bel exemple de réussite étant Le Parrain. Et la saga la plus catastrophique étant celle de La Planète des singes qui s'étend sur 5 productions de 1968 à 1973. 

Dans Aliens, ''an inflated sci-fi horror action movie (Pauline Kael)'' tous les stéréotypes des films d'action sont reproduits. Celui qui me fatigue le plus parmi ces stéréotypes, c'est le méchant parmi les gentils qui est près à les sacrifier pour des gains scientifiques ou monétaires. Plus capable de voir ce stéréotype, surtout que ce méchant est détecté dès les premières séquences. 

Ça me fait penser à Peter Lorre, le comédien à la gueule de psychopathe. 


Dès qu'on le voit dans un film, on la le goût de crier aux acteurs, attention, arrêtez de chercher le tueur, Peter Lorre. est là.

Mes deux personnages préférés :
D'abord, Bishop, l'androïde, interprété par Lance Henriksen que j'avais beaucoup aimé au début de la série Millennium de Chris Carter (X-Files).
Vasquez (Jenette Goldstein), un très beau modèle de super-woman. 

Visionné, la première fois, le 23 septembre 1989, sur VHS, à Montréal 
Mon 272ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider.