vendredi 27 avril 2012

224. Ivory : A Room with a View

1001 films : A Room with a View
Titre français : Chambre avec vue
Dans la liste des 1000 meilleurs films du 20ème siècle

Film britannique réalisé en 1985 par James Ivory (1928)
Avec Helena Bonham-Carter (Lucy) (1er rôle au cinéma), Maggie Smith, Denholm Elliott, Julian Sands (George), Simon Callow. Judy Dench, Daniel Day-Lewis (Cecil)
Tiré du roman éponyme du britannique Edward Morgan Forster

La musique divine qui accompagne les crédits du début c'est le célèbre air  O mio babbino caro (Mon cher petit papa) de l'opéra de Puccini Gianni Schicchi interprété, ici, par Kiri Te Kanawa. Quand j'entends cet air, j'ai le coeur marmelade (je n'ai pas oublié le "en") et je pense toujours à ce clip de Maria Callas chantant cet air alors qu'elle est détruite par la dépression suite à sa séparation d'avec Aristote Onassis. Elle est troublante de vérité.



Bon, j'aurais le goût de dire de ce film que c'est une très belle nunucherie victorienne, spécialité du duo Merchant et Ivory. Mais bon, je ne le dirai pas parce que je suis très mal  placé pour dire une telle chose moi dont le coeur chavire à chaque projection du Titanic de Cameron.
Mais quand même, tout ça est assez précieux (dans le sens de Précieuses ridicules). Mais ne boudons pas  notre plaisir, les scènes à Florence et dans la campagne voisine (Fiesole) sont remarquables. En particulier, cette scène de bataille au pied de la réplique du David de Michel-Ange sur la Piazza della Signoria où un protagoniste s'écroule en sang au pied de Lucy qui tombe dans les vapes, heureusement recueillie in extremis, par George, son amoureux secret.
Cecil (Daniel-Day Lewis)
Le personnage que j'aime, Cecil, le fiancé de Lucy, interprété magnifiquement (comment peut-il en être autrement?)  par Daniel Day-Lewis. Il n'en a rien à cirer de ces galipettes amoureuses. Il reste sur son quant-à-soi, trouvant son plaisir à lire et à réciter des poèmes, en attendant que son homosexualité lui saute en pleine gueule et qu'il devienne, à son tour, un abonné de toutes ces facéties que sont les amours victoriennes.
La séquence "à poil dans l'étang"  (un 3 minutes de galipettes par le pasteur, George et le frère de Lucy) est un sacré coup de tonnerre dans ce film à costumes.

Oscars 1987 : Trois statuettes pour décor, costumes et meilleure adaptation à partir d'un roman
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 24 juillet 1987 au cinéma Laurier à Montréal
Mon 224ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire