samedi 25 mai 2013

256. Berbeley : Babes in Arms

1001 films : Babes in Arms
Titre français : Place au rythme

Film américain réalisé en 1939 par Busby Berkeley (1895-1976)
Avec Judy Garland (16 ans), Mickey Rooney (18 ans), Charles Winninger, June Preisser, Grace Hayes

Une comédie musicale typique des années 30 - scénario simple, chansons et danses avec une grande finale tout feu tout flamme dans un théâtre de Broadway. Du Busby Berkeley 100% pur "musical". Sufissamment de numéros de musique et de danse pour soutenir l'intérêt, si on aime le genre, évidemment.
Autant j'adore Judy Garland, autant Mickey Rooney m'a toujours "tombé sur les nerfs". De la difficulté avec son approche hystérique du jeu de comédien. Mais, bon, il doit avoir un sacré talent quand même puisqu'il a joué dans 337 films et qu'il est toujours actif après 87 ans de carrière. Garland, décédée à 47 ans, n'a tourné que dans 36 films.
À voir : le numéro de danse contorsionniste de June Preisser.

Une chouette chanson
"Good Morning" (1939)  Musique de Nacio Herb Brown. Texte de Arthur Freed
Chanté par Judy Garland et Michey Rooney


Évaluation Mediafilm : Cote 4. Bon
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 22 février 1989 à la télévision à Montréal
Mon 256ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

lundi 20 mai 2013

255. Minnelli : Meet Me in St. Louis

1001 films : Meet me in St. Louis
Titre français : Le chant du Missouri

Fait partie de la liste des 1000 meilleurs films du 20ème siècle

Film américain (1944) réalisé par Vincente Minnelli (1903-1986)
Avec  Judy Garland, Margaret O'Brien, Mary Astor, Lucille Bremer, Leon Aymes

Premier film enregistré sur mon premier lecteur VHS. Découverte en même temps de Judy Garland que je ne connaissais pas vraiment. Tant emballé par elle que j'enregistrerai 5 de ses films lors d'une rétrospective de ses œuvres sur le canal public américain PBS. Avec ce lecteur VHS, ma cinéphilie va passer à une vitesse supérieure.

Les USA sont pleine guerre (1944) sur le front européen et sur le front asiatique, le "body count" prend des proportions astronomiques, quoi de plus thérapeutique que de se rémémorer le "bon vieux temps".
Un mot vient à l'esprit en regardant ce film - mièvrerie. Les cinq première minutes du film sont un classique de ce genre : le bonheur chantant dans un décor de studio surchargé. Je suis un grand fan de comédies musicales, mais celle-là, elle passe pas
"There's no place like home" Judy Garland reprend là elle avait laissé après The Wizard of Oz. Décidément, sortir de son "trou" (à utiliser dans le sens hobbit du terme) n'est pas une chose souhaitable pour la famille moyenne américaine. 
Ce n'est pas pour rien qu'en réaction à ce repli sur soi s'est développé un genre cinématographique devenu très populaire - le "road movie" - On pourrait dire pour paraphraser Judy : There's no place like to be gone.
Bon, d'accord, je n'ai pas été touché par ce film qui semble faire l'unanimité chez les critiques comme étant un des plus merveilleux film familial jamais tourné. Je lui préfère, dans le genre, et de loin, It's a Wonderful Life de Frank Capra.

Meet Me in St-Louis, c'est ce rendez-vous fixé pour l'exposition universelle de 1904. En même temps, eurent lieu les 3ème jeux olympiques qui ont été disputés sur une période de 6 mois et qui furent un tel fiasco auprès du public qu'ils mirent pratiquement fin au mouvement olympique lui-même.

Évaluation Mediafilm : Cote 2. Remarquable
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 17 février 1989 à la télévision à Montréal
Mon 255ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

mardi 7 mai 2013

254. Cukor : Camille

1001 films : Camille
Titre français : Le roman de Marguerite Gautier
Camille est le titre de l'adaptation américaine, en 1855,  de la pièce La dame aux camélias par une actrice du nom de Matilda Heron. Camille à cause de camélia.
Dans la liste des 1000 meilleurs films du 20ème siècle 

Film américain réalisé en 1936 par George Cukor (1899-1983) Avec Greta Garbo, Robert Taylor, Lionel Barrymore


Comme  on dit en anglais : Garbo rules. Un film avec Garbo? Un  Garbo, tout simplement. Dans les années 30, elle est la reine et comme la reine Christine de Suède (qu'elle interpréta, par ailleurs), elle se retirera des feux de la scène assez jeune à 36 ans. Christine abdiquera à 28 ans pour consacrer le reste de sa vie aux activités culturelles sur le continent. 
Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans ce film. Garbo ne peut pas jouer une putain. Sa Camille est largement au-dessus de la condition sociale de la Camille de Dumas : intelligente, sophistiquée, nuancée, altière. On ne retrouve pas la Dame aux camélias traditionnelle - on retrouve Garbo qui transcende ce personnage. C'est peut-être ce qui fait la force de cette adaptation de Dumas.
On a beaucoup tourné cette Camille avant Garbo. Après elle, on n'ose plus. Que pourrait-on ajouter de plus à cette performance magistrale?
O.K. tout le monde a compris; pour moi, Garbo "is the best ever".


Évaluation Mediafilm. Cote 3 : Très bon
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 5 février 1989 à la télévision à Montréal  
Mon 254ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

vendredi 3 mai 2013

Fassbinder. Intégrale : 31 à 35

31ème film
Bolwieser (version cinéma)
Titre français : La femme du chef de gare
Avec : Kurt Raab, Elisabeth Trissenaar, Bernhard Helfrich, Udo Kier, Volker Spengler.1h52.
Réalisé en 1976.
Visionné sur Youtube en allemand sous-titré en italien - avec un peu  de connaissance de l'italien et beaucoup de l'espagnol et un résumé du film, je suis arrivé à comprendre à peu près tout.
Encore une histoire un peu sadomaso. Cette fois, une fois n'est pas coutme chez Fassbinder, c'est le mec qui en prend plein la gueule : éperdument amoureux de sa femme qui vogue d'un amant l'autre (clin d'oeil à Céline...mais non, pas Céline Dion!). Tourné d'abord pour la télévision (200 min.), il en a fait un remontage pour le cinéma (112 min.)
Adapté d'un roman de Oskar Graf (1894-1967) The Marriage of Herr Bolwieser, l'histoire se passe aux débuts des années 30. Quelques références au nazisme naissant.




32ème film
Frauen in New York
Titre français : Femmes à New York
Avec : Christa Berndl, Margit Carstensen,  Anne-Marie Kuster,  Eva Mattes, Angela Schmid. 1h51
Réalisé en 1977
Sur internet en version allemande uniquement. Je ne l'ai pas visionné.
"Fassbinder a mis en scène en 1976 au Schauspielhaus de Hambourg la pièce à succès que la future politicienne Claire Boothe Luce écrivit en 1936. Il l’a ensuite adaptée et filmée en collaboration avec son chef-opérateur Michael Ballhaus.
À Manhattan dans les années 1930, un groupe d’amies se retrouve lors de soirées, de présentations de mode, chez le coiffeur, dans une salle de gymnastique... Elles y parlent surtout de leurs maris et compagnons pour qui elles vivent. C’est donc un drame lorsque l’une d’elles apprend que son époux a une maîtresse"
Tiré du site de la Rainer Werner Fondation
George Cukor avait déjà adapté cette pièce de théâtre pour le cinéma en 1939 sous le titre de The Women.


33ème film 
Despair - Eine Reise ins Licht
Titre en français : Despair
Avec : Dirk Bogarde, Andrea Ferréol, Volker Spengler, Klaus Löwitsch, Alexander Allerson. 1h59.
Réalisé en 1977

Première production internationale de Fassbinder avec un budget dont il  n'avait jamais osé rêvé. La copie visionnée, éditée en blue-ray, est une remasterisation impeccable d'une œuvre qui n'était  plus accessible depuis une trentaine d'années.
Grande prestation de Dirk Bogarde dans cette drôle d'histoire d'un bourgeois qui veut disparaître en commettant un meurtre sur sa propre personne - non, non pas un suicide.
On aimerait aimer ce film mais on nous laisse toujours en marge émotionnellement.


34ème film
Deutschland im Herbst
Titre français : L'Allemagne en automne
Film collectif.
Episode de Raine Werner Fassbinder : 26 min. sur 2h.04
Réalisateurs des autres épisodes : Alexander Kluge, Volker Schlöndorff, Alf Brustellin, Bernhard Sinkel, Katja Rupe, Hans Peter Cloos, Edgar Reitz, Maximiliane Mainka, Peter Schubert.
Réalisé en 1977
Documentaire sur le terrible automne 1977 en Allemagne : kidnapping et exécution de Hanns Martin Schleyer, ancien nazi dirigeant du patronat allemand, détournement d'avion (Mogadiscio),  suicides de 3 membres de la bande à Baader. La contribution de Fassbinder (30 min.) détonne par son parti-pris intime - discussion avec sa mère sur le thème de la démocratie, pendant que son copain se promène à poil dans l'appartement.

35ème film
Die Ehe der Maria Braun 
Titre français : Le mariage de Maria Braun
Avec : Hanna Schygulla (Maria Braun), Klaus Löwitsch, Ivan Desny, Gottfried John, Gisela Uhlen, Günter Lamprecht. Durée : 2h00.
Réalisé en 1978 

Le plus "grand public" de tous les films de Fassbinder 
Mon blog du 5 juillet 2010