mercredi 6 février 2013

Fassbinder. Intégrale : 11 à 15

11ème film
Der amerikanische Soldat (Le soldat américain). 1970
Un pastiche de film policier américain avec des tonnes de clichés.Une manie des réalisateurs européens fascinés par les films américains. Bilan après onze films: un cinéma de mâles où les femmes sont traitées comme de la merde


Les premiers Fassbinder : cinéma misogyne?

12ème film
Warnung vor einer heiingen Nutte (Prenez garde à la sainte putain) 1970.
Fassbinder fait dans l'autocritique. Sur une plateau de tournage, brutalités et humiliations. Scènes de la vie de la famille théâtrale de Fassbinder. Présence injustifiable (à moins d'un clin d’œil à Godard, Alphaville) de Eddie Constantine.










13ème film
Pioniere in  Ingolstadt (Pionniers à Ingolstadt). 1970
Septième film réalisé en 1970. Une telle production frénétique explique probablement qu'aucun de ces films n'ait dépassé le succès d'estime. Ce 13ème film est mon préféré de cette liste.
Film télé adapté d'une pièce de théâtre de 1927 de Marieluise Fleisser. Relations entre des soldats en campagne et des filles d'un village de la Bavière. Encore beaucoup de sadomaso, on suppose que c'est la carte de Tendre de Fassbinder.









14ème film
Händler der vier Jahreszeiten (Le marchand des quatre saisons) 1971
Suite à sa rencontre avec le cinéma de Douglas Sirk, Fassbinder laisse de côté l'avant-garde. On aurait le goût de dire enfin. Je retrouve le Fassbinder que j'ai toujours aimé (avant de me taper ses treize premiers films) dans cette histoire de couple toxique dans lequel l'homme ne retrouve pas sa place.









15ème film
Die bitteren Tränen des Petra von Kant. (Les larmes amères de Petra von Kant) 1972
Un coup de foudre pour ce huis-clos étouffant et toxique. Un huis-clos de femmes sur la relation amoureuse en tant qu'arme de destruction massive. Adaptation d'une pièce de Fassbinder. Dans un petit espace, un travail de caméra extraordinaire.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire