mardi 15 janvier 2013

244. Carné : Les enfants du paradis

1001 films : Les enfants du paradis

Dans la liste des 1000 meilleurs films du 20ème siècle
Film français réalisé en  1945 par Marcel Carné (1906-1996)
Avec Arletty (Garance), Jean-Louis  Barrault (Baptiste), Pierre Brasseur (Frédérick Lemaître), Pierre Renoir, Maria Casares, Marcel Herrand

C'est dommage pour nous Québécois de la génération du baby boom mais  Les enfants du paradis nous rappelle une période de l'histoire québécoise tristement célèbre qu'on a appelé "la grande noirceur" (pendant le règne du premier ministre québécois Maurice Duplessis de 1936 à 1959) pendant laquelle la religion catholique exerçait un pouvoir abusif sur la culture. En effet, ce film fut interdit de projection au Québec lors de sa sortie en 1947. Cette année-là, Les enfants du paradis doit être projeté à l'Université de Montréal dans le cadre d'un festival de films français. Le Bureau de la censure l'interdit jugeant le film «pornographique» parce que l'actrice Arletty y dégrafe son corsage. Le délégué de la France interprète ce refus comme une insulte à son pays.

On parle ici d'un grand poème de Prévert mis en images; d'un sommet du réalisme poétique. Une autre collaboration fructueuse du tandem Carné-Prévert (Quai des brumes, Le jour se lève, Les visiteurs du soir, etc.). C'est Paris 1830, le boulevard du crime (la rue canaille de l'époque), un trio amoureux et  un magistral hymne au théâtre à travers ses acteurs.
La réalisation de cette œuvre majeure s’est faite en pleine Occupation. Des débuts du tournage, en 1943, aux studios de la Victorine à Nice (le clin d’œil de Truffaut dans La nuit américaine), puis aux studios Francoeur à Paris, jusqu’à la sortie du film le 15 mars 1945, le tournage des Enfants du Paradis connaîtra de nombreuses vicissitudes liées à la situation politique que traversait la France à cette époque. Par exemple, Arletty sera absente lors de la première du film étant mise en accusation à cause de sa relation amoureuse avec un officier allemand ce qui lui fit dire lors de son arrestation : "Si mon cœur est français, mon cul, lui, est international ! »
Arletty, le degré zéro de l'interprétation. Mais on lui pardonne tout à cause de répliques comme : "On m'appelle Garance. Garance, c'est le nom d'une fleur" dites sur le ton le plus automate possible. Bresson a dû l'aimer cette Artletty, lui qui a toujours chercher chez ses comédiens amateurs une déclamation mécanique. Il devait leur dire: vous voulez faire comédien eh bien imitez Arletty.
On retrouve Jacques Prévert dans ces multiples jeux de mots faciles qui pimentent le scénario. En voici un célèbre : (Le commissaire à Garance) : "Comment vous appelez-vous?" " Moi, je ne m'appelle jamais, je suis toujours là. J'ai pas besoin de m'appeler. Mais les autres m'appellent Garance, si ça peut vous intéresser."

Baptiste le mime (Jean-Louis Barrault) et Garance (Arletty, à 47 ans quand même)
Une séquence qui est à se tordre de rire : la représentation de la pièce L'auberge des Adrets (dessins et texte complet sur Gallica) et la bouffonnerie qu'en fait  Frédérick Lemaitre (Pierre Brasseur).
Évaluation Mediafilm: Cote 1. Chef-d’œuvre
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 2 décembre 1988 au cinéma à Paris
 
Mon 244ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire