lundi 27 août 2012

230. Allen : Hannah and Her Sisters

1001 films : Hannah and Her Sisters
Titre français : Hannah et ses soeurs

Dans la liste des 1000 meilleurs films  du 20ème siècle

Film américain réalisé en 1986 par Woody Allen (1935)
Avec Woody Allen, Mia Farrow, Dianne Wiest, Barbara Hershey, Michael Caine, Carrie Fisher (la princesse Leia de Star Wars), Max von Sydow

Je ne sais pas pour vous mais, pour moi, il me semble que j'aurais préféré faire l'impasse sur notre hypochondriaque préféré (dont j'aime beaucoup la prestation, par ailleurs)  en  le coupant au montage et en ne gardant et développant que le labyrinthe des relations amoureuses de nos trois beautés désespérées. C'était une belle occasion de faire un film de Woody Allen sans Woody Allen.
À  toutes les fois qu'il apparaît à l'écran, on a l'impression d'entrer dans une séquence de stand-up comique complètement dissonant par rapport au drame en développement.
Ne faisons pas trop la bouche fine : j'aime beaucoup ce film en particulier le personnage joué par Michael Caine qui bafouille entre deux relations amoureuses - l'histoire que j'aime dans ce film.
Un grand casting pour cette histoire qu'Allen développe en "feel-good movie". Max von Sydow - encore un clin d'oeil d'Allen à son maître Bergman mais il  me semble sous-employé.

Résumé

Hannah, une actrice, est mariée à un conseiller financier, Elliot, qui se prend d'une passion soudaine pour sa jeune belle-soeur, Lee, compagne d'un peintre misanthrope. L'autre soeur d'Hannah, Holly, poursuit aussi, mais sans succès, une carrière d'actrice, puis y renonce pour se mettre à écrire. Elle soumet ses textes à un ancien producteur de télévision, Mickey, qui a été le premier mari d'Hannah. Elliot a une liaison avec Lee à l'insu d'Hannah, mais cette aventure reste passagère.
Mediafilm. Cote : 2. Remarquable
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 3 janvier 1988 au cinéma Ouimetoscope à Montréal
Le Ouimetoscope (fondé par Léo-Ernest Ouimet) fut la première salle de cinéma permanente au Canada. Elle fut inaugurée le 1 er janvier 1906 sur la rue Ste-Catherine au coin de la rue Montcalm.

La 2ème mouture du Ouimetoscope que j'ai fréquentée dans les années 1980. 
Sera transformé prochainement en condos de luxe - êtes-vous surpris?
Mon 230ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

samedi 18 août 2012

Kazan. Intégrale 15. Splendor in the Grass

15. Splendor in the Grass
Titre français: La fièvre dans le sang
1961
Avec Natalie Wood (Deanie), Warren Beatty (Bud), 1ère présence au cinéma, Pat Ingle (Ace Stamper), Barbara Loden (Ginnie), Audrey Christie, Fred Stewart, Zohra Lampert.
Scénario original, oscarisé : William Inge.

Pour commentaires, 
consultez  Blog 40







Résumé

Deux étudiants de "high school", Wilma Dean Loomis et Bud Stamper, s'aiment passionnément. Bud veut à tout prix épouser Wilma Dean, mais son père, un parvenu des années 1920, s'y oppose parce qu'il veut que son fils fasse des études universitaires. C'est le père qui gagne, mais la jeune fille fait une dépression qui la conduit dans un hôpital psychiatrique alors que le garçon perd son temps à l'université. N'ayant plus de nouvelles de son amie, Bud épouse une jeune Italienne. Son père se suicide pendant la crise de 1929. Guérie, Wilma Dean acceptera le mariage de Bud et s'éloignera.

mardi 14 août 2012

229. Brooks : Broadcast News

1001 films : Broadcast News

Film américain réalisé en 1987 par James L. Brooks (1940)

Avec Holly Hunter (Jane), William Hurt (Tom), Albert Brooks (Aaron)

Beaucoup de critiques ont haché menu ce film. Pourtant, après un 4ème visionnement, je continue à beaucoup aimé ce film même si je suis d'accord avec la plupart de ces critiques. Mais, comme j'ai toujours préféré l'approche émotionnelle à l'approche rationnelle quant à l'évaluation des films, ce porte-à-faux se produit régulièrement. Je pense, entre autre, à Terms of Endearment  du même James Brooks, un film à faire brailler dans les chaumières. 
Quand je regarde un film, ce que je sens c'est ce qui compte, l'analyse filmique passe au second rang. Je sais que ce que je sens est vrai et authentique alors que mon analyse...bof...des analyses, il y en a plein les pages de revues de cinéma et des blogs et, en général, je trouve ça plutôt rasoir - assez ennuyant à lire.
Alors Broadcast News. J'aime beaucoup les trois personnages fortement typés et le triangle amoureux qui n'est pas s'en rappeler celui de Crimes and Misdemeanors de Woody Allen, film tourné deux ans plus tard (Vous souvenez-vous de l'intellectuel (joué par Allen) qui se fait voler sa flamme par son frère, belle coquille vide comme Tom?). L'amour n'y retrouve pas ses petits dans ce film où le travail occupe toute la place tant est palpitante cette éternelle course vers les "deadlines".
C'était l'époque où l'anchorman (chef de pupitre?) des journaux télévisés du début de soirée était la prima  donna du réseau : Peter Jennings (décédé en 2005) à ABC, Tom Brokaw à NBC et Dan Rather à CBS. Terminée cette époque; les cotes d'écoute des journaux télévisés sont actuellement en bas de la ligne de flottaison  et plongent de plus en plus vite  vers les abîmes année après année. 

Émouvant : dernière apparition de Peter Jennings à World News Tonight. Il décédera 3 mois plus tard

Deux grands jeux d'acteur par Holly Hunter et William Hurt. Mais, c'est surtout la prestation de ce dernier qui m'a fasciné. Il interprète parfaitement ce "beau gosse, rien dans la tronche" tout en demeurant dans les limites de la crédibilité. 
Un grand frisson quand on pense que nos vies sont manipulées par tous ces guignols de l'information - si c'était comme ça en 1987 - imaginez 2012 - 

Résumé

Réalisatrice de reportages télévisuels, Jane Craig fait la rencontre d'un commentateur sportif, Tom Grunick. Ils passent une soirée à échanger des idées sur leur métier: Jane est intransigeante et imaginative alors que Tom s'avoue être tout le contraire. Or il s'avère que celui-ci vient d'être engagé par la station où travaille Jane. Une relation amoureuse se développe entre eux, même si, professionnellement, Jane préfère encore travailler avec son partenaire de toujours, Aaron Altman. Un flagrant manque d'éthique de la part de Tom remet en question l'attachement qu'éprouve Jane pour lui.
Berlin 1988 : Ours d'argent pour l'actrice Holly Hunter
Évaluation Mediafilm : Cote 4. Bon
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, en 1988 au cinéma à Montréal 
Mon 229ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

vendredi 10 août 2012

Kazan. Intégrale. 14. Wild River

14. Wild River
Titre français : Le fleuve sauvage
1960
Avec Montgomery Clift  (Chuck Glover), Lee Remick (Carol Garth), Jo Van Fleet (Ella Garth)

Grande découverte que ce film difficile à trouver sur le marché.
Contexte du film : La grande époque de la Tennessee Valley Authority (TVA) dont le but était de construire des barrages qui serviraient autant à contrôler les crues des rivières du Tennessee que de produire de l'électricité tout en sortant cette région de la misère des années 30.
Scénario : un agent de la TVA, Chuck Glover, doit convaincre une vieille dame, Ella Garth, de quitter son île avant qu'elle ne soit inondée par la hausse des eaux du fleuve suite à la construction d'un barrage.
Ajouter à cela une histoire d'amour entre Chuck et Carol, la petite-fille d'Ella, la discrimination  raciale en plein essor et des pratiques de lynchage et vous avez un film qui part de tous les côtés mais qui est suffisamment bien ficelé pour faire du sens et nous tenir en haleine du début à la fin.
Grandes prestations de Monty (Montgomery Clift) que j'apprends à aimer de plus en plus et de Lee Remick.
Le moindre que l'on puisse dire c'est que la performance de Monty ne fait pas l'unanimité - on le trouve absent, sans vie, à des km de ce qu'aurait pu donner Brando (acteur pressenti par Kazan mais qui a refusé parce qu'il a juré de ne plus jamais tourner avec Kazan à cause de ses déclarations devant la commission des affaires anti-américaines). Mais c'est justement ce type de prestation qui m'a séduit : ce n'est pas un macho qui vient imposer les position du gouvernement aux pauvres gens du Tennesse mais un être blessé (on ne saura rien de son passé), à la limite de la dépression. C'est d'ailleurs ce qui attire Carol, elle-même une éclopée de la vie et qui tombera amoureuse de Chuck.
Montgomery Clift dans Wild River - un anti-héros fragile

Comment ce film a-t-il pu passer sous les écrans-radar depuis 50 ans?