mercredi 26 octobre 2011

212. Reitman : Ghostbusters

1001 films : Ghostbusters

Film américain réalisé en 1984 par Ivan Reitman (1946)
Avec Bill Murray, Dan Aykroyd, Sigourney Weaver, Harold Ramis

Faut-il vraiment que je fasse un commentaire sur cette comédie (j'avais écrit nullité avant de l'effacer pour ménager la susceptibilité de certains lecteurs plus jeunes, en fait, ils sont tous plus jeunes...) qui a terriblement mal vieilli? On dit parfois de certains films qu'ils sont franco-français;   alors celui-là il est américano-américain; du cinéma directement sorti de la manufacture de conserve aussi connu sous le nom d'Hollywood.
Je me souviens qu'à l'époque il faisait partie de cette nouvelle approche du cinéma estival - le blockbuster : un gros (dans le sens budgétaire)  film insignifiant avec des gros pétards techno mené à un rythme d'enfer (aujourd'hui, ça se traîne comme la pavane une infante défunte - salut Philippe Clay) parsemé de blagues plus ou moins drôles.
Pourquoi Schneider a-t-il foutu ce film dans son bouquin? Je sais, le livre de Schneider n'a pas pas pour objet (contrairement à ma liste des 1000 meilleurs films du 20ème siècle) de nous présenter les meilleurs films de tous les temps mais, plutôt, les films qui ont marqué différentes époques et pas nécessairement par leur qualité artistique (je pense, par exemple, à Rocky ou à Saturday Night Fever).

Depuis 2001, à chaque fois que je visionne un film tourné à New York, j'essaie d'y voir les tours du World Trade Center. Présentes dans ce film.
Évaluation IMDB : 7,8 sur 10 par 103 288 votants
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Est présent sur 9 listes sur ichekmovies.com
Visionné, la première fois, en 1985 au cinéma à Montréal
Mon 212ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

lundi 17 octobre 2011

Intégrale Kurosawa. 28ème film : Rêves

Vingt-huitième  film de l'intégrale Kurosawa

Yume (Rêves) (Kurosawa's Dreams)
Sorti le 15 mai 1990

Plus que 3 films dans cette intégrale.
Rêves est la mise en scène de rêves que Kurosawa fit durant sa vie. 
Attendez-vous à une explosion de couleurs qui relèvent de l'onirisme parce que Kurosawa rêve en couleurs.
Pour accomplir ses prouesses au niveau de la direction artistique Kurosawa s'est fait aidé par l'entreprise de son ami américain George Lucas, Industrial Light and Magic.
Ont également appuyé ce projet, Francis Ford Coppola et Steven Spielberg.
Huit rêves, huit épisodes, huit tableaux parce que chacun de ces épisodes est, en premier lieu, une oeuvre picturale.
1. Le soleil sous la pluie
Le superbe arc-en-ciel de monsieur Lucas
2. Le verger aux pêchers
Les plus beaux costumes de l'oeuvre de Kurosawa
3. La tempête de neige
Souffrante lenteur. Le bonheur de mourir endormi dans la neige.
4. Le tunnel
Le plus touchant. Kurosawa apaise un peu sa conscience - qui a-t-il abandonné dans son itinéraire cinématographique? Toshiro Mifune?
5. Les corbeaux
Une des plus belles expériences esthétiques de l'oeuvre de Kurosawa
Scorsese en Van Gogh qui parle anglais? Dissonant
6. Le mont Fuji en rouge
Aurait pu être réalisé dans les semaines qui allaient suivre le séisme du 11 mars 2011. Un rappel de son film Vivre dans la peur
7. Les démons gémissants
Suite du précédent sur le même thème. Pas d'issue heureuse pour l'énergie nucléaire.
8. Le village des moulins à  eau
Un paradis perdu? Mais on oublie toujours les horreurs qui accompagnaient ce monde pré-technologique.


mercredi 12 octobre 2011

211. Cameron : The Terminator

1001 films de Schneider : The Terminator


Film américain réalisé en 1984 par James Cameron (1954)
Avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Michael Biehn, Lance Henriksen (le Frank Black de la série Millennium)

Essayons autre chose : commentaire rédigé pendant le visionnement du film que je n'ai pas revu depuis 1985.
On est à Los Angeles en 2029 mais le combat du futur n'aura pas lieu à cette époque mais dans le présent...ce soir... j'aime bien cette intro.
Encore une fois (on pourrait citer des dizaines de films, le plus près chronologiquement étant Blade Runner), le futur de la planète est  présenté sous un mode apocalyptique - mais le futur, on y est déjà, le monde tourne en boucle, le pire a déjà été joué à plusieurs reprises dans l'histoire de l'humanité alors pas de surprise à l'horizon.
Première séquence, Arnold  tout en muscles et tout nu, un sacré morceau monsieur le gouverneur à cette époque..
Linda Hamilton (bonjour la coiffure),  pas un canon de beauté mais un je ne sais quoi de sexy tomboy  que j'aime et qui me fait penser à Maria Schneider dans Le dernier tango à Paris aux prises avec Brando, un terminator en son genre.

Maria Schneider


Linda Hamilton












Disparu de nos écrans et de nos pratiques : entrer dans une cabine téléphonique pour y déchirer une page de l'annuaire.
Entre deux poursuites en automobile, son futur amant venu du futur explique à Sarah Connor (Hamilton) le  génocide des humains commis par des cyborgs dans un proche futur - on pense un peu à la Shoah.
Séquence délicieuse : l'ouverture de l'avant-bras ainsi que de l'oeil (clin d'oeil, si je puis dire, à Un chien andalou) du terminator à l'aide d'un exacto.
Une belle image : des enfants du futur qui regarde en direction d'un téléviseur qui, en fait, n'est qu'un brasero. Un téléviseur vide de contenu, un stéréotype qu'on traîne depuis la naissance de la télévision.
Des tonnes de poursuites - n'en jetez plus la cour est pleine mais pas assez, apparemment, puisqu'on va en remettre une sacrée couche lors de la suite, 7 ans plus tard.
Sarah Connor, la Vierge contemporaine, donnera naissance au Sauveur de l'humanité; enfant qu'elle doit cacher et protéger, fuyant au Mexique à défaut d'Égypte. 
En passant, que vaut la série Terminator : The Sarah Connor Chronicles, tournée en 2008-2009?
"I'll be back"


Évaluation IMDB : 8,1 sur 10 par 222 466 votants
Au 172ème rang des meilleurs films de tous les temps selon les votants de IMDB
Des informations sur le film sur IMDB
Se retrouve sur 18 listes dans ICheckMovies
Visionné, la première fois, le 15 septembre 1985 à la télévision à Outremont
Mon 211ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider