lundi 21 mars 2011

Intégrale Kurosawa. 16ème film : Le château de l'araignée

Seizième film de l'intégrale Kurosawa
Kumonosu-jô (Le châtau de l'araignée) (The Throne of Blood)
Avec Toshiro Mifune, Isuzu Yamada, Takashi Shimura. Sorti le 15 janvier 1957

Le château de l'araignée est la transposition du Macbeth de Shakespeare à l'époque féodale japonaise. Kurosawa s'écarte peu de la trame théâtrale. Tout y est : de l'oracle des sorcières du début sous la forme d'un fantôme évanescent jusqu'à l'assassinat du Macbeth japonais en passant par les interventions machiavéliques de lady Macbeth.
En noir et blanc, pas de soleil dans ce film de nuages, de pluie et de brouillard - éléments qui participent au crescendo dramatique.

Une prestation extraordinaire de Isuzu Yamada (lady Macbeth) qui introduit le théâtre Noh dans le monde de Shakespeare. Une des rares vilaines chez Kurosawa chez qui  les femmes ont l'habitude d'être meilleures que les hommes.

Isuzu Yamada est apparue dans 257 films depuis 1930. La seule actrice à  avoir jamais remporté l'Ordre de la Culture de l'Empereur du Japon, en 2000.

Vous n'oublierez jamais les premières séquences dans la forêt en forme de labyrinthe. La course effrénée des deux cavaliers qui cherchent à sortir de cette forêt - à douze reprises ils arrivent à toute allure face à la caméra comme si celle-ci représentait un cul-de-sac. Suivra la séquence avec le fantôme blanc - mémorable.
Une des plus expressives performances de Mifune.

2 commentaires:

  1. Mifune sous la pluie de flèches m'a pas mal marqué aussi, j'ai du mal à comprendre comment ça a pu être tourné sans grosse prise de risques en fait ^^

    La scene dans la nuit où Mifune assassine un shogun ou quelqu'un du même genre est énorme aussi, je me rappelle notamment d'un plan où Isuzu Yamada rentre dans une salle complètement noire, on attend qu'elle en sorte pendant une bonne dizaine de secondes mais je n'ai pu m'empêcher de sursauter en la voyant surgir du noir.

    Bref je me rends compte que plus le temps passe et plus j'aime ce film, bien que j'en étais déjà très content juste après l'avoir vu.

    C'est toujours autant un plaisir de suivre ce blog depuis un an pour ma part. :)

    RépondreEffacer
  2. C'est un des grands Kurosawa - trop sous-estimé, je crois. À chaque visionnement, je suis envouté par cette oeuvre de sang et de brouillard.
    Merci

    RépondreEffacer