dimanche 6 mars 2011

Intégrale Kurosawa. 15ème film : Vivre dans la peur

Quinzième film de l'intégrale Kurosawa
Ikimono no Kiroku (Vivre dans la peur, Chronique d'un être vivant, Notes d'un être vivant, Si les oiseaux savaient) sorti le 22 novembre 1955
Avec Toshiro Mifune, Takashi Shimura, Eiko Miyoshi, Yutaka Sada, Minoru Chiaki, Haruko Togo, Kyoko Aoyama

Kurosawa est au milieu de sa production cinématographique.  En 12 ans, il a réalisé 15 films. Il mettra 38 ans pour faire les 15 derniers.
Après avoir vu successivement Rashomon et Sept Samouraïs, c'est un drôle de choc de tomber sur les premières images de Vivre dans la peur; un plan aérien d'un carrefour très animé de Tokyo en 1955 sur un air de jazz langoureux - un saut de 500 ans. Kurosawa tourne des actualités.
Sujet à replacer dans le contexte : 1954. Les USA font exploser une bombe H dans l'archipel de Bikini. Un bateau de pêche japonais est dans les parages et ses occupants sont contaminés par les retombées radioactives. Moins de 10 ans après Hiroshima et un an après la fin de la guerre de Corée, cet incident traumatise la population japonaise.
Castle Bravo est le nom de la plus puissante bombe H testée par les États-Unis. D'une puissance de 15 Mt, l'explosion eut lieu sur l'atoll de Bikini (dans les îles Marshall), le 1er mars 1954. (Wikipédia)
L'état d'angoisse aiguë dans lequel se retrouve le musicien des films de Kurosawa, Fumio Hayasaka qui, incidemment, décédera pendant le tournage du film, inspire à celui-là le thème principal de film : la peur pathologique de la bombe."
Toute la problématique du film réside dans la question : À quel  moment une peur raisonnable devient-elle une peur pathologique? C'est la question examinée par les juges d'un tribunal de famille qui doivent décider si un patriarche d'une famille (Toshiro Mifune) qui veut  déménager celle-ci au Brésil est sain d'esprit.
Vivement, le retour à la période féodale comme sujet filmique.
Erreur de casting : j'aurais préféré que Takashi Shimura, l'autre acteur fétiche de Kurosawa, interprète le rôle du grand-père.

1 commentaire: