vendredi 25 février 2011

996ème film

Vu sur internet mon 996ème film de la liste des 1001 films de Schneider

High School, film américain réalisé en 1968 par Frederick Wiseman

Documentaire tourné dans un high school privé de la ville de Philadelphie dont l'objectif est de montrer que le système éducatif  américain est basé sur l'abus d'autorité et la transmission de valeurs conservatrices. Selon le critique dans le bouquin de Schneider, il s'agit  ni plus ni moins que d'une histoire d'horreur. C'est largement exagéré. Il est vrai qu'à la lumière des valeurs contre-culturelles de la fin des années 60 dont l'éducation était perçue comme un système concentrationnaire et dont on n'en  avait que pour l'éducation libre inspirée de Libres enfants de Summerhill de A.S. Neill., ce film ne peut dépeindre, avec un regard condescendant du cinéaste, que l'échec de l'éducation traditionnelle.
J'ai commencé ma carrière d'enseignant à peu près à cette époque (n'oubliez pas je suis un papy boomer) et je suis certain que bien des jeunes enseignants actuels, échangeraient leur place avec la mienne de l'époque. Il est certain que la pédagogie a évolué positivement depuis cette époque mais le respect  du statut du professeur (celui qui professe et non celui qui est le grand ami de ses élèves) a fait les frais de ce renouveau pédagogique. La raison du fort taux d'abandon de carrière des jeunes enseignants (un autre style de décrochage scolaire) est à chercher de ce côté.
Pas surprenant que le premier ministre du Québec, Jean Charest, ait annoncé, lors de son discours inaugural de la nouvelle session parlementaire à l'Assemblée nationale, qu'il faudrait songer à introduire le  vouvoiement dans les rapports maitre-élève. Retour vers le passé ou bien reprendre le fil rouge de l'acte éducatif qui traverse les siècles dans la transmission du savoir?
Basta, le prof.

2 commentaires:

  1. Merci de m'avoir averti. J'avais fait un commentaire mais il s'est volatilisé quelque part.

    RépondreEffacer