mardi 17 août 2010

183. Coppola : Apocalypse Now

ap1001 films : Apocalypse Now

Top 100

Film américain réalisé en 1979 par Francis Ford Coppola (1939)
Avec Martin Sheen, Marlon Brando, Robert Duvall, Frederic Forrest, Sam Bottoms, Laurence Fishburne, Albert Hall, Dennis Hopper, Harrison Ford, Christian Marquand, Aurore Clément.

Une sorte de  "Citizen Kane"  de la guerre que cet Apocalypse now. Coppola nous transporte au royaume de la démesure et de l'horreur que fut la guerre du Vietnam.
Cet espèce de "road movie", cette longue remontée du fleuve, est un  voyage aux confins de la déraison.
"Apocalypse Now n'est pas un film sur le Vietnam, c'est le Vietnam." (Coppola)
Je reste sans voix devant ce film. Je ne sais qu'écrire.
Bon, d'abord ceci. À quand un Apocalypse Now sur la guerre d'Algérie? Comment se fait-il que le cinéma français n'arrive toujours pas à faire une oeuvre critique majeure sur la guerre d'Algérie comme certains cinéastes américains l'ont si bien fait à propos de la guerre du Vietnam et comme ils le font présentement avec l'intervention en Irak?
Pour ce commentaire, j'ai vu la version longue qui s'intitule Apocalypse Now Redux (version longue de 202 minutes éditée en  2001). Il est impératif de voir  cette version ne serait-ce que pour l'importante partie (absente de la 1ère version) sur la colonie française qui vit hors du temps, dans un monde fantomatique. On a l'impression d'une séquence onirique comme l'on en retrouve, d'ailleurs, à quelques reprises tout au long du film (la séquence initiale dans la chambre avec la musique de The Doors, celle des playmates sur la rivière, toute la partie dans le camp du colonel Kurtz).
À voir, évidemment : Hearts of Darkness : A Filmmaker's Apocalypse de Eleanor Coppola.
Il paraît qu'il faut lire Notes on the Making of Apocalyse Now de Eleanor Coppola. "one of the best and saddest books on the making of a film" (David  Thomson)
Je sais, c'est décousu. Mais je n'arrive pas à pondre un texte cohérent sur ce film. C'est comme si la masse filmique était une sorte de tsunami - trop de tout en même temps. Exemple, la scène de l'attaque en hélico. On est carrément "blasté" (anglicisme québécois) par ce type de mise en scène.
Le surchargé pondéral (on ne fait pas mieux comme rectitude politique, non?) de la fin du film, eh bien, c'est mon acteur masculin préféré : Forever Marlon Brando. Vous connaissez déjà mon choix féminin : Liv Ullman.

Oscars 1980 : 2 statuettes pour la photographie et le son. En nomination pour l'Oscar du meilleur film qui est allé à Kramer vs Kramer
Cannes 1979 : Palme d'or
Évaluation IMDB : 8,6 sur 10 par 170 954 votants.
Au 38ème rang des meilleurs films de tous les temps selon les votants de IMDB
Toutes les informations sur le film sur IMDB et sur Wikipédia.
Visionné, la première fois, en août 1982 à L'Autre Cinéma à Montréal
Après un séjour de 4 années dans la campagne québécoise, retour définitif à Montréal en février de cette année 82 suite à une modification importante de parcours dans ma carte de Tendre!!
Mon 183ème film visionné de la liste des 1001 films de Schneider

3 commentaires:

  1. Je me souviens que la première fois que j'ai vu Apocalypse Now je l'ai trouvé vraiment nul. Bon j'ai une excuse j'avais 18 ans et cherchais un film plutôt à la platoon, moins psychologique. Bon l'ayant revu l'année dernière version redux, je dois dire... whoaaaaaaa! Il fait partie des rares films auxquelles je mets 10/10. A voir absolument. Bon après j'avais un peu mal au ventre et avais la nausée un bon moment. Je n'étais pas au vietnam (ouf!) mais je peux bien penser qu'effectivement "Apocalypse Now (...) c'est le Vietnam"
    Surprenant d'ailleurs qu'il est pu passer la censure ce film, ne mettant pas particulièrement les gentils américains tout mignons en valeur.
    Ensuite je ne connaissais pas Hearts of Darkness mais je sens que je vais le regarder le plus tôt possible.

    RépondreEffacer
  2. Il n'y a pas d'organismes de censure aux USA, du moins dans l'industrie cinématogaphique et ailleurs dans le monde artistique, non plus. Les films de Michael Moore (que je n'apprécie pas tellement) le prouvent assez bien, je crois.

    RépondreEffacer
  3. oula,,, michael noore est un objet de débat... Je dois dire que je ne sais pas quoi trop penser de lui... Par contre je suis un grand sympathisant des documentaire de Pierres Carles.
    Mis à part ça tant mieux si la censure est minime aux us et ailleurs!

    RépondreEffacer