lundi 21 juin 2010

178. Hawks : To Have and Have Not

1001 films : To Have and Have Not
Titre français : Le port de l'angoisse
Une autre traduction bizarre qui dénature le contenu du film. Pourtant, ce titre existait déjà en français dans la traduction du roman de Ernest Hemingway à partir duquel William Faulkner (excusez du peu) a bâti le scénario du film : En avoir ou pas.


Film américain réalisé en 1944 par Howard Hawks (1896-1977)
Avec Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Walter Brennan, Marcel Dalio
Gaspillage de talent : Hemingway et Faulkner (deux Nobels, pardi!) pour arriver à ce petit scénario.
Mais le scénario importe peu.
Ce qui importe, c'est Lauren Bacall, 19 ans, qui arrive au cinéma chargée d'une telle quantité de répliques sur les relations hommes-femmes que Bogart en reste pantois. Pour remédier à cet état, il tombera amoureux de la fille et l'épousera, pas dans le film, à la ville,
Lauren Bacall brûle l'écran dans ce film plutôt ordinaire.

D'un autre côté, Humphrey Bogart la joue encore "à celui qui est revenu de tout" et Walter Brennan, en "side-kick" de Bogie, en tartine un peu trop épais à mon goût. Donc, il faut voir ce film pour l'entrée en scène de la belle aux yeux de chat. Sa première réplique, culte évidemment : "Anybody got a match?" Une gamine de 19 ans qui s'adresse ainsi au mythique Bogart - un sacré culot.

Dans ce film dont l'action se passe à la Martinique au début de la Seconde guerre mondiale, ce qui saute aux yeux c'est le peu d'intérêt sinon l'ignorance  dans laquelle demeure probablement l'ensemble de la société américaine face au conflit européen (en prenant pour acquis que le personnage de Bogart en est un parfait représentant). Ignorance mais surtout condescendance, ce qui est agaçant.

Dans ce film, le pétrole : 28 cents le gallon américain, ce qui convertit en litre et en euro donne...taratata - 6 centimes d'euro le litre. Moins chère que l'eau pour votre pastis.

Évaluation IMDB : 8,1 sur 10 par 12 526 votants
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 25 juillet 1981 à la télévision à St-Antoine-sur-Richelieu
Mon 178ème film visionné de la liste des 1001 films de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire