jeudi 13 mai 2010

172. Avildsen : Rocky

1001 films : Rocky


Film américain réalisé en 1976 par John G. Avildsen (1935)
Avec Sylvester Stallone, Talia Shire, Burt Young, Carl Weathers, Burgess Meredith

Un petit plaisir.
"Mais, dis donc, y va pas nous faire avaler cette bluette bollywoodienne!!!"
Bon, je vous donne des explications avant que vous ne montiez aux barricades. Déjà fait?  Ah bon!
J'avais gardé de ce film un mauvais souvenir - un très mauvais souvenir. Probablement parce que je n'avais retenu que le combat de boxe et sa préparation qui n'arrive pourtant qu'après 75 minutes, tous les critiques en faisant autant, reléguant à la partie congrue la mignonne histoire d'amour.
La petit plaisir :  cette histoire d'amour improbable entre deux "losers", un boxeur à la limite de la déficience intellectuelle (il sera carrément dedans dans le rôle à venir de John Rambo, pourtant Silvester aurait un Q.I de 141; il le cache bien, le coquin!) et une vendeuse de tortues dans une animalerie, me remémorant  le couple Ernest Borgnine et Betsy Blair dans Marty de Delbert Mann, film largement supérieur, quand même.
Autre petit plaisir : une plongée au coeur du désastre urbain de Philadelphie, typique de toutes les villes nordaméricaines de cette époque, au moment où le centre des villes était déserté par la classe moyenne à la poursuite du bonheur urbain dans le grand désert culturel de la banlieue. Aussi une description sensible des quartiers de blancs pauvres de l'Amérique des perdants, terrain fertile pour le Parti Républicain.
Autre autre petit plaisir : un classique du genre "feel-good movie". J'aime bien les "feel good movie", moi qui ai facilement la larme à l'oeil au cinéma.
Anecdote : Le scénario du film écrit par Sylvester Stallone s'inspire directement du boxeur Chuck Wepner, notamment célèbre pour avoir tenu 15 rounds face à Mohamed Ali, le 24 mars 1975, avant de finalement s'incliner par K.O. technique.
Talia Shire (frangine de Francis Ford Coppola), une des plus mignonnes et touchantes laiderons de l'histoire du cinéma.

Oscars 1977 : Trois statuettes pour le meilleur film (oh! horreur, il a battu Taxi Driver - je déteste les Oscars, bon!), le meilleur réalisateur (horreur bis! Ingmar Bergman était en nomination) et le meilleur montage
Évaluation IMDB : 8,0 sur 10 par 91 070 votants
Au 209ème rang des meilleurs films de tous les temps selon les votants de IMDB
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, le 27 septembre 1980 à la télévision à  St-Antoine-sur-Richelieu
Mon 172ème film visionné de la liste des 1001 films de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire