dimanche 11 avril 2010

Bergman. 22ème film

Poursuite de l'intégrale Bergman. 21ème film

Tystnaden (Le silence) réalisé en 1963

L'incommunicabilité au coeur de la condition humaine.
Encore une fois, Bergman plonge avec appétit dans les grandes questions existentielles. Cette fois-ci, il nous entraîne aux confins du désespoir. Après le silence de dieu des Communiants (1962), le silence des humains.
Incommunicabilité entre deux mondes. Le monde réel des trois personnages et le monde onirique d'un hôtel sans clients sauf des nains et d'une ville où les habitants parlent une langue inconnue dans un univers absurde traversé par des chars d'assaut et des chevaux faméliques rappelant la Charrette fantôme de Sjostrom.
Incommunicabilité entre deux êtres. Deux soeurs qui, apparemment, ont nagé dans les eaux troubles de l'inceste sont dans des galaxies différentes.
Gunnel Lindblom, déjà impressionnante dans La source, est une vraie bombe érotique.
Ingrid Thulin, comme d'habitude, touchante par sa détresse sous couvert de banquise.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire