jeudi 6 septembre 2007

48. Bunuel : La jeune fille

1001 films de Schneider : La Joven
Titre français : La jeune fille
Film mexicain réalisé en 1960 par Luis Bunuel (1900-1983)
Avec Zachary Scott, Bernie Hamilton, Key Meersman, Crahan Denton et Claudio Brook .

D'après un roman de Peter Matthiessen, Traveling Man. Reconnu surtout pour son récit Le Léopard des Neiges tiré de son expédition dans la région du Dolpo au Népal, à la recherche du mythique animal.
1960. Un Noir, o.k., un Afro-américain (en français, c'est horrible). Accusé injustement du viol d'une Blanche, o.k., une Caucasienne (!!!), pour éviter d'être lynché, se réfugie sur une île près de la côte de la Louisiane (d'après l'écosystème, en fait filmé près d'Acapulco au Mexique). Il n'y a que deux personnes sur cette île : un garde-chasse et sa servante, une jeune fille de 13 ans.
Une violente confrontation raciale s'ensuit dans laquelle le Noir qui, contrairement aux films de l'époque, en impose au raciste blanc qu'il traite de "white trash" à chaque fois que l'autre le traite de "nigger" (n'écrivez pas ce mot sur IMDB, on le remplacera par BEEP), mot horriblement dépréciatif même s'il est revenu à la mode chez les rappers blacks (ça passe mieux en anglais) d'aujourd'hui. En 1960, le terme acceptée était "colored people".
En parallèle avec ce drame racial, on assiste à la montée de la pulsion sexuelle du garde-chasse vis-à-vis sa petite servante qu'il trouve de plus en plus sexuellement irrésistible. Par de nombreux plans hautement érotiques et fétichistes (souliers à talons aiguilles, jambes nues dans la douche), Bunuel entretient cette tension sexuelle.
Comment Bunuel conciliera ces deux drames? Par un dénouement à la moralité plutôt tordue. Un curé, venu sur l'île pour ramener la jeune fille sur la terre ferme, propose au garde-chasse de fermer les yeux sur ses abus sexuels en échange de la libération du Noir qu'il avait fait prisonnier entre-temps.
Pour un féroce anticlérical comme moi, j'adorais ces situations bunuéliennes dans lesquelles les curés s'en sortaient avec la honte au front et la queue entre les deux jambes comme on dit par chez-nous.
Une superbe chanson au début du film, la seule musique du film d'alleurs : Sinner Man chantée par Leon Bibb, un folksinger des années 50.



Photographie que l'on retrouve sur la nouvelle édition en dvd du film La Joven.
Comparez avec la photo du haut.
On a "photoshoppé" (non, c'est pas vraiment une bonne idée cette francisation) la photo originale pour la rendre plus glamour.





Cannes 1960 : Mention spéciale pour Luis Bunuel
Évaluation IMDB : 7,6 sur 10 par 1152 votants
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, en 1969 à la télévision à Québec
Mon 48ème film visionné de la liste des 1001 films du livre de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire