mardi 10 avril 2007

31. Nichols : The Graduate

1001 films de Schneider : The Graduate
Titre français : Le lauréat

Film américain réalisé en 1967 par Mike Nichols (1931)
Avec Dustin Hoffman, Anne Bancroft et Katharine Ross

La jambe étendue d'Ann Bancroft (en fait, la jambe du mannequin Linda Gray) en train d'enfiler son bas devant un Dustin Hoffman indécis : une des affiches les plus érotiques de l'histoire du cinéma américain.

Le film d'une génération, celle des baby-boomers arrivant à l'âge adulte.
En pleine période du Flower Power, ce film semble, en mode mineur, représenter la remise en question des valeurs transmises par la génération antérieure : liberté sexuelle, suprématie du désir, contestation du mariage, invention de sa destinée et rupture des liens familiaux.
Le Benjamin du début du film nous semble, à première vue, complètement déphasé par rapport à la jeunesse de cette époque que nous voulons déjà affranchie de la tutelle de la génération précédente. Pourtant, si nous oblitérons l'hystérie médiatique qui voulait toute la jeunesse de cette époque sur le modèle hippie, le Benjamin était probablement plus près de l'adolescent-type de cette époque, en fait, de toutes les époques : en conflit avec ses parents, en pleine recherche de son identité, aux abois sur le plan sexuel.
Il y a deux films dans ce film. Le premier, le plus intéressant, a pour objet l'initiation sexuelle de Benjamin et le développement de sa relation avec Mrs Robinson. Cette relation aurait mérité un long prolongement. La seule conversation au lit entre les deux amants annonçait un développement intéressant.
En lieu et place on a droit à un deuxième film, un film d'ado stéréotypé, qui tourne autour d'un amour empêché. Comment peut-on croire en cette histoire d'amour mal improvisée entre Elaine et Benjamin? D'ailleurs, c'est ce qu'ils se demandent dans la dernière scène assis au fond de l'autobus. "Qu'est-on venu faire dans cette histoire d'amour mal scénarisé? et, merde, j'ai laissé les clés dans ma voiture, en panne d'essence, sur le bord de la route."
Simon and Garfunkel resteront à jamais identifiés à ce film à cause de la chanson-thème Mrs Robinson et de la chanson en intro, The Sounds of Silence.
Anne Bancroft n'est que 8 ans plus âgée que Katharine Ross qui joue le rôle de sa fille et à peine 5 ans de plus que Dustin Hoffman. On aurait bien aimé que Mike Nichols maintienne sa première idée d'engager Jeanne Moreau pour jouer le rôle de Mrs Robinson.
Dans un rôle non crédité, première présence au cinéma de Richard Dreyfuss : il fait partie des locataires de la maison où habite Dustin Hoffman près de Berkeley.

Oscar 1968 : Mike Nichols pour la réalisation.
Évaluation IMDB : 8,2/10 par 70 962 votants.
Au 154ème rang des meilleurs films de tous les temps selon les votants de IMDB.
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, en 1968 au cinéma à Québec
Mon 31ème film visionné des 1001 films de Schneider

Aucun commentaire:

Publier un commentaire