samedi 27 janvier 2007

10. Ray : Rebel Without a Cause

1001 films de Schneider : Rebel Without a Cause
Titre français : La fureur de vivre

Les 1000 meilleurs films du 20ème siècle :
Au 225ème rang

Film américain réalisé en 1955 par Nicholas Ray (1911-1979)
Avec James Dean, Natalie Wood, Sal Mineo, Dennis Hopper

Ce film marqua à jamais la conscience populaire vis-à-vis la délinquance juvénile et il introduisit dans le cinéma américain une manière nouvelle de traiter ce phénomène peu abordé auparavant.
Mais ce qu'on retient de ce film, c'est la performance poignante de James Dean, inévitablement magnifiée par le fait qu'il soit décédé dans un accident d'auto un mois avant que le film ne sorte en salle. Il n'en faut pas plus, habituellement, pour que naisse une légende.
Marlon Brando, Elvis Presley et James Dean furent des icônes marquantes pour la jeunesse américaine des années 1950. Mais à cause de son bref passage, l'image de James Dean n'a jamais subi la dégradation qu'eut à subir l'image des deux autres. Il est demeuré à jamais le symbole du mal de vivre de l'adolescence.
Mais pour nous, les beatnicks du milieu des années 60, auxquels je prétendais appartenir, James Dean ne symbolisait pas ce mal de vivre. Ses valeurs étaient très éloignées des nôtres qui se nourrissaient des écrits des beats américains (Kerouack, Ginsberg), de ceux des existentialistes français (Camus, Sartre), ainsi que des chansons des folksingers (Dylan, Baez) et celles des chansonniers français (Brel, Ferré).
Sal Mineo, qui personnifiait Plato, a probablement interprété le premier gay adolescent de l'histoire du cinéma américain.
Les trois principaux acteurs sont morts de manière accidentelle : Dean, dans un accident de voiture à 24 ans, Mineo, assassiné à 37 ans et Wood, noyée à 43 ans.
Natalie Wood jouera dans un autre film célèbre qui traitera de délinquance : West Side Story.
Première présence au cinéma de Dennis "Easy Rider" Hopper.
Mediafilm.ca : Cote 2. Remarquable
Toutes les informations sur le film sur IMDB
Visionné, la première fois, en 1965 à Québec.
Mon 10ème film visionné des 1001 films de Schneider

1 commentaire:

  1. Réalisé également en 1955 par Richard Brooks, Blackboard Jungle m'a beaucoup plus marqué cinématographiquement parlant dans le traitement pas si éloigné que ça du sujet de la Fureur de Vivre. Avec en prime une distribution au jeu bien meilleur. Je dois même avouer ne pas avoir de comparaison sur le climat de tension qui entoure le film du début à la fin.

    RépondreEffacer